Devenir écrivain

Par Danielle • 13 oct, 2008 • Catégorie : Santé & loisirs
Liens sponsorisés

Devenir écrivain, un vrai en tout cas, n’est pas aussi simple qu’on le pense. En effet, il ne suffit pas juste d’écrire et de publier un livre pour être considéré comme un bon écrivain.

Devenir écrivain n’est pas du tout facile. Déjà pour commencer à écrire, vous devrez connaître les réelles motivations qui vous poussent à écrire. Si vous écrivez pour devenir célèbre ou pour de l’argent, il serait préférable de laisser tomber vos projets car vous n’y arriverez jamais. Vous serez juste victime du « syndrome de la page blanche » devant votre ordinateur ou votre machine à écrire, autrement dit, vous ne pourrez écrire une seule ligne car vous ne saurez jamais par où commencer.

La plume de l'écrivain

La plume, écrivain

Si l’acte d’écrire, d’envoûter les lecteurs avec un nouveau monde, des personnages attachants vous fait plaisir, le métier d’écrivain est fait pour vous car vous transmettrez donc votre passion aux lecteurs du monde entier. Devenir écrivain, c’est aussi savoir lire et apprécier les œuvres de vos confrères. Vous ne pourrez jamais créer un chef-d’œuvre si vous ne savez pas les reconnaître. Concernant le contenu de vos écrits, votre histoire devrait être tout à fait original, c’est-à-dire que votre livre devrait permettre aux lecteurs de découvrir d’autres horizons. Les plagiats se feront vite rejeter par les éditeurs avec mépris.

Devenir écrivain, c’est aussi savoir construire un héros en qui les lecteurs puissent s’identifier. Car les lecteurs lisent pour vivre les mêmes aventures que le héros ; ils vivent même, en quelque sorte, les aventures à la place de votre personnage. Ce héros, qui peut bien sûr être une héroïne, devrait être soumis à des problèmes quasiment insurmontables pour les lecteurs car c’est ce qui donne tout son intérêt au livre. En plus de son originalité, le contenu du livre d’un bon écrivain devrait aussi être mystérieux, envoûtant, capable de tenir en haleine les lecteurs du début jusqu’à la fin. Si le lecteur découvre la solution aux problèmes dès les premières lignes, il mettra votre livre de côté et préfèrera en lire un autre.

Ecrivain, une passion

Ecrivain, une passion

L’autocritique est un atout majeur que l’on devrait avoir si l’on souhaite devenir écrivain, alors, soyez objectif en relisant votre livre. Pour vous aider dans cette tâche, demandez à vos amis et proches de lire vos écrits et de les juger. Leurs avis vous serviront pour améliorer votre livre afin d’en faire bénéficier le monde entier. Enfin, pour attirer l’attention des acheteurs, soignez votre synopsis. Un synopsis soigné, alléchant et aguichant montrera juste une infime partie du potentiel énorme du contenu de votre livre.

Devenir écrivain, c’est aussi être publié. Vos écrits ne serviront à rien si vous les gardez enfermer dans votre bureau. Tentez votre chance en envoyant des copies de vos œuvres aux grands éditeurs. C’est vrai que les chances d’être retenu sont minces, mais qui sait, vous serez peut être la nouvelle J. K. Rowling. Mais en tout cas, ne soyez pas déçu si vous ne recevez aucune réponse positive de la part des grands éditeurs. Tentez ensuite votre chance chez les éditeurs régionaux. Si la malchance s’acharne contre vous, ne désespérez pas. L’Internet regorge de plusieurs sociétés d’édition comme manuscrit.com, « Publibook » ou encore la « Société des Ecrivains ». Pour cela, vous aurez à payer une partie des frais d’édition. Cette publication via le net présente plusieurs avantages et vous y trouverez des conseils supplémentaires qui vous seront d’une grande utilité, comme par exemple le futur format de votre œuvre et sa mise en page. Vous pourrez aussi vous tourner vers l’auto-édition. Bien sûr, vous aurez à investir vous-même, mais cela fait partie des premiers pas afin de vous lancer en tant qu’écrivain. Votre première expérience compte énormément, elle vous servira à rectifier le tir pour vos prochaines œuvres.

Le chat écrit

Le chat écrit

La persévérance est l’atout principal à avoir pour devenir écrivain. Soyez juste vous-même et n’essayez surtout pas de copier un livre que vous avez jugé excellent.

Images :
http://www.geluck.com/

Partager sur twitter

Partager sur google plus



Marqué:

28 Réponses »

  1. j’ai adoré votre article,
    je pense souvent a devenir ecrivain moi meme si mes ecrits ne sont pas structuré et que j’ai du mal a la termine
    en fait l’inspiration me prend d’un coup et je ne peux plus m’arreter d’écrire, ca en devient presque une maladie
    mais j’adore ça
    c’est vrai qu’il n’est pas évident de ce lance, mais une fois qu’on a fait le premier pas ça doit aller
    dans ma chambre j’ai plein d’histoire que je fais lire a mon entourage meme s’ils n’ont pas trop le temps pour ca

  2. bonjour, j ai bien aimé votre article, elle m a fait un peu réfléchir
    parce que en fait j ai écrit il y a de cela 3 ans un livre pour enfant
    atteint de difficulté d apprentissage. j ai gardé ce livre dans mon ordinateur. alors je pense qu il est grand temps de lui faire voir
    un peu le jour…..et de le rafraichir ….merci d encourager les gens
    qui ont la plume facile

  3. Mes vives félicitations…

  4. J’ai parcouru votre article est je le trouve ma foi somme toute instructif
    je veux réellement entrer de plein pied dans le monde de l’édition, à ce propos si je pouvais faire une remarque, plus vous écrirez et plus vous voudrez écrire, plus les éditeurs se plairons à lire vos manuscrits, il faudra bien sûr écrire plusieurs romans ou nouvelles car ces charmants éditeurs veulent un retour sur investissement

  5. J’aime également cet article car il est très réaliste , m’encourage beaucoup puis tout ce que vous dites c’est exactement ce que je pense.
    Je suis passionnée par l’écriture depuis l’école primaire et votre message m’incite vraiment à me lancer.
    Merci à vous de nous avoir publié cela.

  6. Bonjour, je me nomme Murielle et j’ai 12 ans. Je souhaite avidement devenir écrivaine. Pour moi c’est une réelle passion, un besoin. Je me sens bien après avoir couché mes idées sur papier, ca me libère et je me sens plus légère. Je souhaite a tout ceux et celles qui veulent le devenir de persévéré comme moi je fait

  7. Je ne comprends pas cette façon de toujours soupçonner tout le monde de vouloir faire les choses pour de l’argent??
    Si seulement la seule raison d’échouer ne tenait qu’à cette erreur là …
    D’autant qu’on donne souvent cet argument pour des métiers artistiques, pour lesquels avoir une passion ne me semble vraiment pas si improbable que ça, bien au contraire.
    L’argent, certains y pensent peut-être une fois qu’ils sont installés voire quand ils commencent à toucher du doigt leur rêve. Mais au départ, au tout départ, c’est vraiment un besoin intérieur profond de s’exprimer par une voix artistique quelle qu’elle soit.

    Sinon, concernant l’article sur les écrivains, il serait intéressant de détailler plus les différents types d’écritures.
    Ne peut-on écrire que des romans, comme vous semblez le suggérer?

  8. Un vrai écrivain n’a pas besoin de lire cet article pour comprendre ce qu’il doit faire. Il le sait déjà.

  9. J’ai trouver votre article « Devenir écrivain  » bien structuré et bien expliquer .Je souhaite devenir écrivain depuis mes 9 ans et maintenant j’ai 11 ans .Ma mère voudrais pouvoir m’aider mais elle ne trouve pas de grand éditeur .Pouvez-vous m’aider ?

  10. Bonjour!
    Vous m’avez chargé courage et énergie. Votre article est un excellent support pédagogique. Effectivement écrire n’est pas simple. On dit souvent, pour pousser un objet lourd, il faut s’appuyer sur un autre plus lourd. Il faut lire « les bons écrivains » pour récolter des bonnes idées.
    BA Abdoul

  11. C’est décidé! je vais m’y mettre.

  12. Cet article est lié à une certaine représentation de l’écrivain. Je n’apprécie guère la phase du genre « vous n’y arriverez jamais » de chez madame soleil. Si j’avais écouté tous les « tu n’y arrivera jamais depuis mon enfance », je n’aurais pas réalisé ce que j’ai réalisé. Bien sur j’ai un certain parcours atypique et pas très formaté. Mais c’est justement parce que je n’ai pas écouter les « vous n’y arrivez jamais » de ce prédicateur d’échecs. J’ai une règle d’or « Ne jamais chercher à faire passer l’autre(s) par le même chemin que soi, mais l’aider à trouver le sien propre. Ca ne semble pas être la règle d’or de Danielle qui a écrit cet article.

    Madinx

  13. Votre article m’a fait beaucoup réfléchir car je voudrais devenir écrivain même si ce ne sera qu’un second métier. Je ne sais que trop bien que le devenir est très compliqué et vous ne le cachez pas. Bravo pour votre article.

  14. Bonjour, j’ai 12 ans, j’écris beaucoup de romans, et j’aimerais beaucoup devenir une (jeune) écrivaine. Malheuresement, je ne sais pas si beaucoup d’éditeur accepterais de publier un auteur de ce genre.
    Je voudrais donc connaître si il y a une règle d’âge a respecter, ou si on peut effectivement publier a 12 ans.
    J’attend impatiemment votre réponse,
    Mathilde (Julie B. est le nom sous lequel j’écris.)

  15. Bonjour à tous.
    j’écris des poésies, des nouvelles et quelques bons débuts de romans.Depuis mes treize ans je ne cesse « d’user l’encre sur le papier » et aujourd’hui j’ai dix-neuf ans. Cette envie, ce besoin d’écrire, cette liberté que je ressens avec les mots ; ce sont là ma première raison d’être, mon essence vitale…
    Je n’ ai malheureusement pas le matériel informatique pour me permettre de mener à bien mon projet d’auteur.Mais je mène ma vie dans la certitude d’aboutir à ce projet ; bien sûr j’ai bonne espoir, mais c’est difficile de remettre ce projet à plus tard, je suis impatiente de faire connaître ma « philosophie ».
    De dire que  » j’écris donc je suis écrivain », vous me trouverez peu être un peu trop prétentieuse mais je veux par là dire qu’il ne suffit pas d’être connu pour se faire valoir, nos écrits nous sont propres, nous existons à travers l’ecriture et notre valeur est grande…
    Je suis heureuse de m’exprimer dans l’écriture de mes écrits, et je sais que personne ne m’enlèvera ce bonheur, cette liberté  » gratuite »…
    Je souhaite à d’autres de combattre les épreuves et d’enfin acquerir leur dût…

  16. Et peut-on savoir de qui émanent ces savants conseils…?

  17. A lire les avis qui précèdent, l’impression reçue est que la plupart des intervenants sont d’âge précoce; tant mieux, mais comment bénéficier d’une grande expérience de la vie dès son enfance ? Mozart, en musique était une exception, sommes nous tous les Mozart de la littérature? A dix ans, j’écrivais déjà des poèmes pour ma mère, à quinze, pour l’élue de mon cœur… qui s’en moquait éperdument avec juste raison.
    Aujourd’hui, à plus de soixante dix ans, et oui, comme beaucoup, grâce aux événements de la vie, j’aurais des pensées, des anecdotes à raconter et surtout tant d’idées élémentaires à faire parvenir aux jeunes générations qui se croient éternelles et importantes, car, elles en sont certaines, elles vont « changer le monde « , comme la mienne et toutes celles qui nous ont précédés. Alors j’écris un peu partout dans la maison, même dans la rue sur un ticket de métro !
    Pour la gloire ou pour l’argent, pour se persuader que nous existons vraiment, nos avons besoin de parler, d’écrire, de peindre ou de faire du vélo; mais surtout de le faire savoir aux autres, car sans leur regard nous sommes seuls au monde, et cela, ce n’est pas supportable, l’homme ne vit pas seulement de pain.
    Quand à se faire éditer et vendre ses livres, n’y pensons pas trop, les éditeurs, les imprimeurs et les distributeurs ne vivent pas d’amour et d’eau fraîche, ils n’ont que leur travail pour manger tous les jours et ne peuvent investir leurs économies, quand ils en ont, dans des rêves sans lendemain, ils doivent d’abord nourrir leurs enfants…qui eux, rêvent de devenir  » écrivains  » !
    Bon courage à tous, l’écriture est une drogue douce, et sans aucun danger, profitons en .

  18. génialissime, cet article, vraiment.
    Un peu de baume au coeur pour les futurs grands écrivains de ce bas monde où, malheureusement, peu de choses nous permettent de rêver…
    Bah oui, si on tient compte du fait que 90% des étudiants actuels se dirigent vers des écoles de commerces et autres machines à papier verts marqués de la tronche d’un mec et d’encre qui brille au soleil ( oui oui, cette même chose qui fait tourner le monde ), on est bien partit pour rêver !!
    heureusement que certains pensent encore à faire vivre ce doux rêve d’écriture, plein de chimères et de philosophie de vivre.
    Vive les artistes, les écrivains, les réalisateurs, les scénaristes. Faites abstraction de la misère et des difficultés, car rien que l’activité en elle même vaut plus que tout l’or du monde (tas de férail jugé précieux car il brille au soleil).

  19. -Avoir fait ou faire des études de lettres est très bénéfique (développe l’amour de la lecture, le sens de l’analyse, la culture littéraire, permet de comprendre les outils et les techniques utilisées par les écrivains, permet d’avoir beaucoup de temps libre pour lire (40 heures hebdomadaires de cours en droits, 50 heures en sciences….16 heures en lettres…).
    -Préférer lire un livre plutot que passer du temps avec des êtres humains, des animaux, facebook, faire du sport, acheter des objets divers, voyager…C’est déjà le signe qu’on a une fibre littéraire profonde. Jubiler en lisant ce même livre, c’est qu’on éprouve du bonheur dans ce domaine. Ne plus voir les murs ou les arbres qui nous entourent à la lecture de ce livre, c’est qu’on vit sur la planète littéraire (très peu peuplée). Se dire « quel dommage, c’est fini » à la fin de la lecture, c’est être malheureux sans littérature. DERNIERE ETAPE: se demander comment cet écrivain a pu nous procurer autant de plaisir, c’est le début de l’aventure. Vouloir faire pareil pour, à votre tour, faire éprouvez du plaisir à d’autres lecteurs, c’est l’aboutissement du début de la vocation (hum hum).
    -Lire énormément, tous les jours. Erreur : lire tout ce qui vous passe par la main. Non. Il faut lire deux catégorie de livres uniquements: -les excellents ( et relever ce qui vous a plu)
    -les navets (et relever ce qui vous a déplu)
    -décortiquer chaque oeuvre (comme vous le faisiez en cours avec vos chers professeurs de français).
    -Ecrire en acteurs (c’est à dire: être l’écrivain, l’éditeur, le lecteur, le journaliste, le critique, l’élève, le professeur, le réalisateur, le scénariste, l’acteur, la maman, le prêtre, l’enfant…).
    -Ne pas penser que le travail de l’écrivain est hasardeux. Non, non. Il faut faire des plans détaillés à l’extrême, des fiches personnages (que vous connaîtrez mieux que vos parents), des fiches lieux, des fiches objets. Il faudra lire et relire jusqu’à pouvoir se dire « je peux lire mon livre au zénith, devant une foule de millions de personnes prêtes à me lancer des tomates s’ils n’aiment pas. Et y aller parsqu’on est sûr qu’il nous lanceront des fleurs…

  20. J’ai bien aimé l’article.
    Par contre, pour certains de ceux qui souhaiteraient devenir écrivain (comme moi), revoyez votre conjugaison…
    Amicalement

  21. Bon dieu…la plupart de ceux et celles qui ont laissé un message y ont laissé tant de fautes que je me demande si leur place est bien ici…

  22. Je ne sais pas trop ce que vous en pensez, mais j’ai 17 ans et je veux devenir écrivaine, car je crois que j’ai quelque chose à transmettre. D’ailleurs je pense que chaque individu doit transmettre quelque chose. J’apprécie vraimen de le faire par l’écriture. Quand je suis triste j’aime écrire, crier au monde entier les raisons qui me font déprimer. Or comme le dirait la plupart des gens qui m’entourent l’écriture n’ai pas fait pour moi. Tout le monde pense au vue de mes résultats dans les matières scientifiques que ma place et dans les Maths, mais certainement pas dans l’écriture. J’hésite, d’un côté ils n’ont surement pas tort, mais est-ce que je peux allier mon envie d’écrire avec mon côté scientifique et pas du tout littéraire ?

  23. votre article a été très instructif mais je suis mineure et le « livre » que j’ai écrit fait 20 pages A4. Vous pensez que j’ai une chance de le faire publier un jour ?
    merci de vos réponses

    Emma

  24. Si tu aimes l’écriture je ne vois pas pourquoi tu devrais écouter les autres ou te bloquer si ils te disent d’arrêter d’écrire. On doit vivre à fond ses passions donc vis à fond ta passion pour l’écriture.

  25. Tente ta chance. Qui ne tente rien n’a rien !

  26. la vie est une promesse .
    on dois vivre pour reconnaître des nouveaux aventure que la vie nous cache au futur
    vivre on silence peu être une merveille pour la personne qui n’ai jamais sortis de sa maison et des fois la personne la plus riche du monde est tous de même la plus pauvre
    la promesse les défies qu’on dois vivre et les chose qui nous fais peur en dois toujours . faire des linge en dois dire et être courages pour défies nos problème
    Camélia Oukemoum
    13ans 2011

  27. Même si cet article ne répond pas vraiment à mes questions, j’ai beaucoup adorée. La plupart des conseils donnés ont déjà été mis en application et ça depuis mon secondaire 1, sauf les envois aux éditeurs. En 2011, j’ai commencer le cégep et je me suis rendu compte que le programme que j’avais choisi ne coordonnait pas avec mon choix de carrière. Après mainte recherche dans les livres, les sites internet et auprès des conseillers d’orientations, aucun programme ne convenait à ce que j’espérais. Je vis pour écrire. On dit souvent que je suis née avec une plume entre les mains. Ma famille et mes amis m’encouragent énormément. Ma mère m’as un jour dit:Quand j’ai lu cette phrase dans votre article, j’en ai été bouleverser. Depuis mon jeune age, j’écris. Au primaire, j’écrivais de courte histoire que j’aimais aller présenter au plus jeune et maintenant, mon publique cible a énormément changer. Les doux contes pour enfants sont devenus de dur récit fantastique révélant ma vision du monde et aussi bercer de rêve. Un jour, plusieurs amis m’ont dis que juste avec mes rêves nocturnes je pourrais écrire un livre intéressant. Vous est-il déjà arriver de rêver que les dinosaures revenaient à la vie et que vous en êtes maitre, que vous étiez un être complètement différent, comme un loup blanc? La plupart des histoires que j’ai écris sont au départ mes songes et mes rêves. L’écriture me libère, me fait sentir vivante, j’en ai besoin plus que la nourriture, c’est mes rêves, ma passion, mon âme, c’est ma vie tout entière.

    Jakim

  28. L’article a le mérite d’être éloquent seulement il me parait important de signaler du moins pour ce qui me concerne que l’envie d’écrire survient lorsque nous voulons « déclarer » , »dénoncer » ou bien transmettre un état d’âme mais la grosse question c’est comment s’y prendre??
    Je vous remercie quand même pour les conseils

Laisser une Réponse